Histoire                  

Biographie
Evolution
Discographie
Equipements
Affiches Concerts
Rory's Séssions
Rory's Friends

Traductions


Downloads            
Bootleg
Rory dans les Mags
Fichiers Guitar Pro
Tablatures
Fonds D'écran

 


Fans                      
Contributions            

 


 

 

 

        

B.B.King

 

Au départ un scénario à la John Ford. Une femme et une bagarre dans un bar de L’Arkansas.

Et B.B.King dans un rôle à la John Wayne. Depuis les années cinquante, en souvenir d’une histoire qui aurait pu lui coûter la vie, toutes les guitares du « roi » s’appellent « Lucille ».

Ou Lorsque le blues et le romantisme se rejoignent !

 

 

Lucille. Le nom d’une femme. Le nom des guitares de B.B.King. L’histoire remonte à 1949. Tout juste âgé de vingt-quatre ans, Riley B. King se produit dans un club de Twist, Arkansas. L’ambiance est plutôt bonne jusqu’à ce qu’une femme ne provoque deux jeunes types qui n’en sont certainement plus à leurs premiers verres de bière… Pour les beaux yeux de Lucille, les deux hommes vont transformer le Twist Bar en champ de bataille. Les tables roulent, les verres fusent à travers la pièce, comme dans un film de John Ford. Puis, soudain, c’est la catastrophe. Un incendie vient d’éclater. Les rideaux se consument à une vitesse impressionnante. C’est la panique. On se bouscule, on se pousse, bref on cherche à s’échapper par tous les moyens. Sans savoir comment, Riley B. King se retrouve dehors, à quelques mètres du Twist, gravement blessé mais vivant. Contrairement à deux personnes qui y laisseront leur vie.

Vivant mais sans sa guitare, objet précieux qu’il a acheté une trentaine de dollars. C’est-à-dire des semaines de travail dans les champs de coton du Mississipi…

Inconscient du danger, le jeune bluesman décide alors de retourner dans le club en flammes pour récupérer sa guitare. Malgré le feu et la fumée qui lui brûlent les yeux et qui l’empêchent de respirer, malgré les murs du Twist Bar qui s’écroulent sur lui, Riley gagnera la partie. Et tenir sa guitare lui fera même oublier ses graves brûlures et contusions…

Pour se souvenir de cet épisode tragique dans la vie du bluesman, peut-être aussi pour garder en mémoire celle par qui tout a commencé, il baptisera toutes ses guitares « Lucille » : ses Fender, ses Gretsch, ses Epiphone comme ses célèbres Gibson. D’aucuns pensent même que B.B.King a été l’un des deux combattants du Twist Bar. Possible. Mais plus de quarante ans après le mystère demeure !

 

 

 

 

© 2006  Chnoss59